Le CHOIX DES MOTS

Selon un des principes fondamentaux de la PNL ( Programmation Neuro-Linguistique - méthodologie utilisée en Coaching ), chaque pensée, chaque comportement et chaque geste mène à sa conséquence naturelle. Lorsqu’on obtient des résultats qui ne nous satisfont pas, ce n'est pas un échec, c’est simplement un retour qui nous suggère qu’un ajustement est nécessaire.


Il en est de même pour les mots. Quand on parle la même langue, on pourrait croire qu’on parle le même langage alors qu’il n’en n’est rien. En effet, le langage est teinté de l'expérience et du monde intérieur de chacun, ce qui le rend absolument unique.



La conclusion directe de ce constat est que les mots que nous choisissons d’utiliser dans notre quotidien jouent un rôle important sur ce qu’ils renvoient de nous aux autres mais aussi sur ce que nous nous renvoyons à nous même!

Les “je suis bête”, “mais qu’est ce qui ne va pas chez moi” et autres “quelle quiche!”. Ça vous dit quelque chose?

Même si on les trouve drôles et même quelquefois rassurants, ces mots là, expressions toutes faites ou tics de langages attaquent en fait directement notre regard sur nous même, notre énergie et notre confiance à aller de l’avant.


Masaru Emoto, auteur japonais, a mené au cours de sa vie des recherches passionnantes sur l’impact des vibrations sonores sur la structure des cristaux d’eau. En photographiant des milliers de cristaux, il a notamment montré que la structure des molécules d’eau se transforme sous l’effet de mots, de musique ou de sons de toute sorte. On peut voir dans le tableau ci-dessous la forme que prend la molécule d’eau photographiée selon ce qui lui est dit.



Quand on sait que le corps humain se compose à plus de 70% d’eau, ça en dit long sur notre état les jours où nos langues fourchent. Et bien que soumis à controverse, ces travaux restent une jolie métaphore pour prendre conscience que la qualité des mots que nous émettons est d’une importance cruciale pour notre bien-être et celle des autres


Chaque jour, en veillant à prononcer des mots positifs et en vous mettant dans un état d’esprit résolument bienveillant, non seulement vous vous transformez de l’intérieur, mais vous transformez aussi la vie des personnes qui vous entourent.

Et comme souvent en session de coaching, tout commence avec la prise de conscience. Prêter attention au vocabulaire qui accompagne votre quotidien.


En ce qui me concerne, j’ai identifié l’usage intempestif de l'expression “n’importe quoi” dès que quelque chose vient me toucher, et dans cette gymnastique de prise de conscience je trouve ça intéressant de voir que ce qui me touche et qui a donc de l’importance pour moi devient à mes yeux et dans ma bouche ”n’importe quoi!”


On parle de phrases parasites, elles parlent de notre confiance en nous, de notre self-estime et leur usage quotidien contribue aussi directement à alimenter la machine infernale qu’est notre mental! Loin d’être des clichés, elles sont à elles seules, capables de polluer une ambiance, scléroser une dynamique et renvoyer à vous et aux autres, l’image d'une personne qu'au fond vous n’êtes pas.


Mais rien n’est perdu. Nous pouvons par un simple changement de point de vue nous améliorer et faire en sorte d’abolir de notre langage des automatismes de défense qui ne nous font pas avancer. Et cela nous permet par là même une plus grande ouverture aux autres et au monde!


Pour vous aider, si on commençait par faire une liste des pensées et petites phrases qui n’ont l’air de rien mais polluent notre magnifique aura? Allez, c’est parti!


  • Alors la première catégorie nous vient souvent directement de notre éducation: "être trop… ou pas assez…”, “C’est pourtant pas bien compliqué” et autres joyeusetés. Vous voyez? Ces petites phrases que vous disaient par exemple vos parents ou grands-parents et que vous répétez à leur place au quotidien sans même vous en rendre compte. C’est rassurant certes mais est-ce que cela nous aide vraiment à nous mettre en mouvement vers ce que l'objectif que l'on poursuit?

  • La deuxième catégorie est constituée des phrases qu’on dit par réflexe, par défense, quand on est prises au dépourvu ou gênées. “Désolée j’ai encore oublié ton prénom, je suis une quiche.” Le trouble amoureux peut aussi provoquer ce type de comportement. Comme si on se jugeait avant que l’autre ne le fasse.

  • La troisième catégorie peut être tout simplement l’expression d’un stress. Un proche m’a fait remarquer récemment que je dis souvent “je n’y arriverai pas” quand je me retrouve face à un challenge important. Quelle étrange façon de se rassurer pour se lancer! Je ne m’en étais jamais rendu compte.


Tous ces mots sont des critiques intérieures. Souvent nous sommes tellement habituées à les entendre que nous ne nous en rendons même plus compte. Demandez à un proche de vous aider à les identifier et notez-les pour mieux vous en débarrasser ou encore mieux, les remplacer par des mots doux, forts ou positifs! Par exemple, vous pourriez remplacer les mots “problèmes” ou “difficultés” par “enjeu”, “défi” qui sont porteurs d’une énergie positive et conquérante!


Dans la relation à l’autre, cet exercice de remplacement des critiques est primordial aussi.

  • “Ce n’est pas mon problème…” devient ”Je te conseille d’en parler à…”

  • “Je ne peux rien faire de plus…” devient “ Je ne m’en sors pas, peux-tu m’aider?”

  • “ Je me trompe peut-être mais…” devient “ j’ai une idée…”


Les mots ont un pouvoir fort et leur usage au quotidien comme le montre les travaux magnifiques de Masaru Emoto viennent impacter directement notre énergie et nous aide à cultiver la bienveillance, l’ouverture et la confiance en nous indispensable à notre mieux-être.


Alors que les jours commencent enfin à rallonger et que la lumière revient, je vous souhaite de porter une attention particulière à vos mots, tordre le cou à ceux qui pèsent et célébrer ceux qui brillent! Chuchotez-vous et envoyez tout autour des messages de douceur, d’amour et d’espoir!


Laure,



Contact Email: Contact@musewithin.com

Website: https://www.musewithin.com







#coachpourfemme

#coachingfemme